14/09/2012

Le mur du son, J -7

Préambule : voir J -14

C’est encore une dame qui traverse le mur du son. Un « son » écrit avec «s», donc sans cédille aujourd’hui… Peut-être eut-il été plus correct d’écrire «miroir du son ». La dame, conteuse des potins genevois, cherchait à nous entraîner au « Pays des Merveilles »… ou « De l’Autre Côté du Miroir ». Malheureusement sa si jolie histoire est trop courte. Je vais vous la conter en détail.

Il était une fois, un magnifique camion rouge qui transportait des pompiers en grande tenue. Chemin faisant, ils avisèrent un carrosse à la roue endommagée. Les fiers gaillards, coiffés d’un casque brillant comme un soleil, réparèrent le dommage en un tournemain. Remontant dans leur véhicule, quelle ne fut pas leur surprise de voir une fée joliment carrossée sortir du sien en disant :

- Un grand merci, mes beaux Messieurs ! Suivez-moi ! Nous sommes tous invités au Bal des Hirondelles.

Deux jeunes-filles, quelques personnes plus âgées accompagnées de gentils toutous avaient suivi la scène. Toutes furent invitées à monter dans le carrosse. Et fouette cocher ! Le camion rouge suivit le carrosse doré et tout ce petit monde arriva au Bal en un éclair. La fête battait son plein. On célébrait les fiançailles d’une douce Hirondelle et d’un Poisson Rouge. Les invités, trompés par la couleur du camion à échelle, imaginèrent que les hommes du feu étaient tous membres de la famille Poisson.

C’est le printemps dernier, qu’au premier regard, Hirondelle était tombée amoureuse de Poisson Rouge. Depuis elle ne pensait qu’à lui.  Elle avait compris que son amour tomberait à l'eau, qu’il battrait de l’aile, si elle n'avait pas l'air de vivre dans l’eau du bassin où frétillait son amour à nageoires.  Elle voulait donc absolument vaincre "sapeur" de l’eau. Et, lors du bal, à trop s’approcher de ce bassin, Hirondelle y tomba pour de bon.  

Un lapin de chiffon nommé Doudou, invité lui aussi, vit le drame. N’écoutant que son courage, il sauva la pauvre oiselle d’une noyade certaine. La fée avait tout vu, d’un coup de baguette, elle transforma Doudou en Jack Russel. Elle le récompensait ainsi de sa bravoure. Toute l’assemblée battit des mains en scandant le prénom de la fée.

- « Perle du Lac »…  « Perle du Lac »… Un prénom fort courant chez les Ondines.

- On dîne?... Demandèrent les policiers qui venaient d’arriver sur les lieux.

Ils avaient été appelés afin de soigner Hirondelle complètement trempée et récupérer le Jack Russel qui gambadait entre les invités. Le premier des agents pris l’oiseau dans une de ses grandes mains tandis que l’autre posait une laisse autour du cou du Jack Russel. Le chien jappait en n’en plus pouvoir. Il n’avait aucune envie de devenir chien-policier.

J’étais aussi sur les lieux et la marée-chaussée me regardait de travers. Elle devait me soupçonner de quelque chose. Oui, mais de quoi ? Alors pour faire diversion, je dis :

- Hips !... je vous demande bien pardon ! Je n'ai fait que suivre mon penchant pour le Jack Russel… euh… le Jack Daniel's et je n'en laisse jamais !

- Que voulez-vous dire ? Questionnèrent les gendarmes.

- Ben, voilà !... Hips !... Tout ça ne me rend pas responsable ni de la noyade ni du fait que le Jack Russel soit perdu sans collier !

Julie.jpgEt là… Je me suis réveillé ! J’étais devant mon écran d’ordinateur où, avant de m’endormir, je lisais le Blog de Julie. Le titre était encore visible sur l’écran : « Nouvelles positives »

… Le mur du son avec «s» n’était qu’un rêve. Le rêve d’un çon trop mûr… (Ici, « çon » avec «ç»)

 

Visitez son blog sur le site de la TdG

Commentaires

Ja, che passe ne coup de vent, Aber si ch'aime les hirondelles, che ne me marie ni ne me fiance, nein!
Miche che suis comme la scie, ah!
Unt ist Julie... Pucci-Sissti?
Zab!
Bonchour père-siffleur, il reste combien jetzt? sur hunderteufel?

Écrit par : redbaron 'r warten etwas | 15/09/2012

Écrire un commentaire